Tout ce qui est vécu dans la souffrance et la non acceptation s’accumule au niveau de l’Âme.

Ainsi, chaque fois que l’Âme s’incarne dans un nouveau corps, tout son bagage non résolu et non accepté revient avec elle dans sa nouvelle vie, en écho avec les mémoires de ses ancêtres qu’elle choisit en fonction de ce qu’elle a à régler.

Ces informations cellulaires, véhiculées par mon karma et «léguées» de génération en génération, sont inconsciemment transmises au bébé au moment de la conception à travers les gênes. C’est la mémoire cellulaire.

Tous les contrats d’âme, les loyautés familiales, les karmas, le poids transgénérationnel sont engrammés, stockés dans mes cellules sous forme d’informations inconscientes mais néanmoins actives.

Les mémoires se réactivent de manière inconsciente et conditionnent ma vie à travers des situations quotidiennes, des réactions émotionnelles, des maladies en fonction de l’information bloquée dans la cellule. Elles se manifestent dans le corps, dans ma vie quotidienne pour être résolues, comprises, libérées.

Actuellement, si les épidémies galopent, une explication est que les mémoires d’anciennes épidémies, de deuils non faits parfois sur des générations, de morts violentes, d’insécurité intérieure, de privations en tout genre remontent à la surface de nos cellules et de notre inconscient.

Ces mémoires révèlent des peurs inconscientes (peur de la mort, du manque, de perdre l’autre, privations, insécurité…) qui prennent le dessus sur les émotions et réactions. Sans parler des culpabilités de contaminer les autres que les médias réveillent en chacun.

Dans le champ quantique, les épidémies fonctionnent comme toute mal-a-dit.

Quand des émotions, des peurs sont alimentées par un quantum important de personnes, elles se matérialisent sous forme de symptômes. Elles sont l’expression physique d’un égrégore de pensées, d’un champ d’informations mémorielles collectif devenu tellement dense et lourd que le seul moyen d’y remédier est de le « sortir », de l’exprimer par un symptôme. Aucune épidémie ou virus n’est dû au hasard.

C’est un moyen pour la terre et l’humanité de nettoyer des énergies-mémoires négatives accumulées devenues trop denses.

Chaque personne qui entre en résonance avec ces mémoires et peurs, va alimenter le champ mémoriel collectif et en même temps s’en imprégner, augmentant ainsi la charge d’énergie et le manifester possiblement par la maladie. C’est ce qui se passe actuellement avec le jeu de la peur instillée par l’épidémie mondiale.

Si chaque personne va nettoyer ses mémoires et peurs, la synthèse de ces libérations impactera le collectif qui pourra évoluer vers la santé, la liberté et la sécurité intérieures.

Article proposé par Anne Bocquet, thérapeute énergéticienne quantique, Guebwiller

Leave a Reply