Brûler de l’encens est une pratique multiséculaire. Le mot encens vient d’une phrase latine qui signifie brûler. Les habitants de l’Égypte ancienne, de la Grèce antique et de Perse utilisaient l’encens à des fins diverses. Cela est devenu une partie importante des traditions religieuses, une pratique qui reste active de nos jours dans certains cultes, cérémonies (la plus connue pour les catholiques est la messe). Nos ancêtres ont également utilisé de l’encens pour se débarrasser des énergies négatives qui peuvent graviter dans les maisons et autour de nous et pour masquer les odeurs désagréables avec un parfum plus favorable. (Le meilleur exemple est le papier d’Arménie dans les toilettes).

L’utilisation d’encens pour améliorer nos connexions/ harmonisation lors de la médiation existe également depuis des siècles. L’arôme agréable aide les gens à avoir un état d’esprit plus détendu et à atteindre leur centre spirituel. Bien que l’utilisation de l’encens trouve son origine dans un environnement religieux plus structuré, il est courant que les personnes qui se considèrent en quête d’une voie supérieure plutôt que religieuse l’utilisent aujourd’hui.

Les encens ou fumigations sont utilisés aussi avec effet purificateur, par exemple la sauge blanche de Californie (Salvia Apiana) est largement utilisée aujourd’hui par des milliers de personnes de par le monde pour assainir un lieu.

L’odeur de ces fumigations peut avoir un effet puissant sur l’esprit et le corps. L’inhalation d’un parfum agréable peut immédiatement réduire l’anxiété et provoquer de bons souvenirs ou en rappeler d’autres. Il peut également avoir un impact positif sur le cerveau en induisant une sensation de chaleur et de protection. Les personnes souffrant de dépression peuvent bénéficier de l’aromathérapie, car elle affecte les récepteurs responsables de l’humeur. Selon un rapport récent, certaines personnes auraient également relevé des bienfaits anti-inflammatoires de l’encens.

Article proposé par Gregory Deriu

Leave a Reply