J’espère que l’on apprendra !

 

Plus que jamais, l’actualité nous montre que nous courons après des chimères, que nous cherchons à produire toujours plus, et que pour réduire les coûts, nous allons toujours produire plus loin,

Plus que jamais nous nous rendons compte que ce sont ceux qui sont proches de nous qui nous aident..

Plus que jamais nous nous rendons compte que ce sont ceux qui sont proches de nous  qui nous nourrissent..

Plus que jamais nous nous rendons compte que c’est sur notre terre que doit pousser ce dont nous avons besoin, et non sur la terre de voisins , à fortiori des voisins lointains.

Produire localement ne veut pas dire se fermer à ces voisins, produire localement veut dire faire fonctionner l’économie locale, du moins pour les produits de première nécessité, cherchons chez nos voisins uniquement ce que nous ne pouvons produire nous-mêmes.

Plus que jamais nous nous rendons compte que dès qu’un rouage se grippe, dès que les frontières se ferment, nous nous rapprochons enfin de nos agriculteurs, de nos producteurs locaux..

Plus que jamais nous nous rendons compte de la force de ceux qui nous entourent.

Plus que jamais nous nous rendons compte que les légumes que nous essayons désespérément de trouver, ne poussent pas dans notre ordinateur…

Plus que jamais nous nous rendons compte que l’essentiel ne se trouve pas sur les réseaux sociaux..

Plus que jamais nous nous rendons compte que celui qui nous a aidé, dépanné quand nous étions dans une phase critique, nous l’avons trouvé autour de nous, dans notre quartier, ville..

Plus que jamais nous nous rendons compte que ceux qui risquent leur vie pour nous, sont des personnes dont nous n’avions même pas envisagé l’existence…

Plus que jamais nous nous rendons compte que des personnes sur lesquelles nous n’avions jamais posé le regard, sont d’une beauté et d’une générosité extraordinaire…

 

Alors..

Plus que jamais…

Plus que jamais remercions… Remercions ceux qui font pousser les légumes près de chez nous… Remercions ceux qui sont autour de nous, ceux qui soignent, ceux qui aident ceux qui réparent, ceux qui nettoient, ceux qui livrent, portent, transportent, construisent…

Il y aura un avant et un après… Personnellement je prends conscience de plein de choses…

L’essentiel ne se trouve pas au-delà des montagnes

L’essentiel ne se trouve pas au-delà des océans

L’essentiel n’est pas dans l’image, mais dans les actes

La plus belle voiture n’est pas dans ce qu’elle représente, son prestige ne réside pas dans sa marque ou son image mais dans les services qu’elle nous rend.

La beauté des gens n’est pas dans leur apparence…

Revenons à l’essentiel, et même si nous nous retrouvons dans un climat de fiction anxiogène, essayons de garder la foi, la foi en l’humain, du moins en sa plus grosse majorité, la foi en l’amour et essayons tous de tirer le positif de l’expérience.

Article proposé par Serge Killherr, organisateur du salon Vitalsace

Leave a Reply