Les Plantes communes de nos jardins: le Plantain Lancéolé, Le Pissenlit, l’Origan, la Pâquerette

 

Comme nous l’évoquions dans l’article précédent, certaines plantes que l’on qualifie bien souvent d’envahissantes recèlent de trésors de bienfaits pour notre santé.Voici la suite de notre série sur les plantes que nous trouvons communément dans nos jardins, friches et terrains vagues auxquelles nous ne prêtons pas toujours attention. Souvent mal aimées elle méritent pourtant toute notre attention tant elles rendent de services, vous en trouverez içi un petit aperçu.A noter : Pour ne pas se tromper, le plus simple est d’installer une application de reconnaissance des plantes sur votre téléphone. Il est également conseillé d’être vigilant sur le lieu de cueillette et d’ éviter les terrains chimiquement pollués et les bords de route.

Le Plantain Lancéolé Plantago Lanceolata, famille des Plantaginacées.

Cette plante « miracle », très commune a de nombreuses vertus en utilisation interne et externe et ne présente pas de contre-indication. C’est une véritable pharmacie dans votre jardin.

Connu des paysans et randonneurs comme pansement d’urgence en cas de blessure, il arrête le sang. Sa feuille broyée s’utilise en cataplasme pour calmer les piqûres d’orties, piqûres d’insectes et allergies cutanées.

Le Pissenlit Taraxacum Officinalis, famille des Astéracées.

Ou Dendelion en Anglais

Au XIXeme siècle, les Suisses l’appelait « Franzosalat », tellement étonnés de voir les français le consommer en salade ! C’est une plante dépurative bénéfique au sorti de l’hiver, elle a des vertus positive sur l’ensemble du système digestif et notamment sur le foie, elle est aussi incluse dans la liste des plantes brûle graisses.

D’après le docteur Brel : « Le pissenlit rince le filtre rénal et essore l’éponge hépatique », tout un programme.

Origan ou marjolaine sauvage, Origanum Vulgare, famille des Lamiacées.

Son nom dérive du grec oros, montagne et ganos, joie, tout un programme ! Les grecs et les romains la considérait comme symbole de bonheur.

En tisane légère elle apaise les nerfs et prépare au sommeil, elle favorise également une bonne digestion.

En vin, il est apéritif et digestif : 50g (fleurs et feuilles) pour 1 litre de vin blanc doux faire macérer 10 jours et filtrer. A consommer avec modération !

En sirop, il est à recommander aussi bien pour les toux sèches que grasses.

La Pâquerette, Bellis Perennis, famille des Asteracées.

Bien plus commune que l’arnica dont la cueillette est strictement réglementée, la pâquerette en a néanmoins sensiblement les mêmes vertus.

En baume ou en huile, elle agit favorablement sur les bosses et les bleus.

Article proposé par Caroline SCHNEIDER, médium spirite et passionnée par les plantes (formée à l’école des plantes de Lyon)

Sélection de livres (cliquez sur la photo pour plus de détails)

Leave a Reply